Qu’est ce qu’une donnée personnelle dans le domaine du web ?

Depuis 2018, la RGPD s’occupe de la protection aux niveaux national et européen des données. Dans cette protection, aucune différenciation n’est faite surtout quand il s’agit de « donnée personnelle ». Cela du fait que le Big-Data est très convoité par les entreprises à vocation commerciale. Même si dans tous les cas cela revient à outre passé les droits individuels qui concernent une donnée personnelle.

Données personnelles : c’est quoi ?

Il existe une grande variété de définition en matière de donnée personnelle.  Le plus simple était : un ensemble d’information numérique qui permet de définir l’identité d’une personne réelle. Cela peut concerner aussi une organisation morale dans l’unique cas où il n’y a pas de différence entre gérant et associe. Il est à préciser que selon la définition, une donnée peut être classée en deux, en premier lieu, une information qui concerne directement une personne et l’autre nécessitant une vérification approfondie. La nouvelle loi de 2018, implique plus de rigueur et de champ d’action sur la protection et des procédures de gestion lors de vols de données déclarées. Cette loi implique plus de protection et de déclaration de protection sur tout type d’innovation technologique. Bien évidemment, cette nouvelle loi permet d’avoir une définition comme à l’Europe de la protection de données.

Les catégories particulières

Selon la loi 2018 sur la protection de donnée personnelle, une catégorisation est faite dans l’article 9 qui est : les regroupements culturels ou ethniques, les idéologies politiques et spirituelles. Les organisations sanitaires ou orientation dite sexuelle. Faisant aussi partie des données personnelles sont les informations sur la syndicalisation, les informations d’ordre génétiques ou encore biométriques. Bien évidemment, l’article 9 spécifie aussi le niveau de sécurité accordé à ses catégories d’informations personnelles. Dont le traitement est très régularisé voire même interdit. Ainsi le seul moyen d’y avoir accès est que le propriétaire a manifesté son consentement. Cela est aussi possible dans le cas où l’on peut justifier un intérêt public.

Les droits en cas de collecte des données

Dans le cas où une personne ait constaté une collecte abusive d’information ou donnée personnelle. La personne peut invoquer trois droits qui sont énumérés dans l’article 15 de la loi 2018 sur la protection des informations personnelles. Dans le cas où une personne accorde l’accès à ses informations personnelles, le même article lui accorde un droit de regard sur l’établissement ou l’institution qui l’utilise. Mais des collecteurs de bonne foi n’est pas garantie, il faut donc être persévérant et motivé pour jouir de ce droit de regard. Sauf si l’on établit des délais courts dans la demande de réponse en contactant une autorité légitime comme la CNIL.

Qu’est ce que le droit au déréférencement ?
Quels sont les objectifs du RGPD ?